musee-louvreUne visite au Louvre : Le nouveau département des Arts de l’Islam

«Vingt ans après le grand chantier de la pyramide, la création du nouveau département des Arts de l’Islam au sein du musée du Louvre représente une étape décisive dans l’histoire architecturale du palais et du musée, un palais en constant devenir et qui porte dans ses gènes, depuis huit siècles, la volonté d’aller de l’avant sans cesse.»

Henri Loyrette, président-directeur du musée du Louvre

 

«Le projet proposera d’organiser sur deux niveaux cohérents les chefs-d’oeuvre des Arts de l’Islam en un rez-de-chaussée et un parterre dessous. Le visiteur des galeries périphériques en rez-de-chaussée pourra apprécier la présence féerique, l’intégration sans violence, et la singularité positiviste de cette nouvelle aile muséale respectueuse d’un grand musée de la République. Le rez-de-chaussée sera couvert par une verrière tissée de maille discrètement diffusante, flottant délicatement sur la muséographie. Le parterre dessous sera visuellement largement relié au rez-de-chaussée par diverses ouvertures hiérarchisées et cadrées. En tout point du rez-de-chaussée comme en certains points de ce niveau, l’on apercevra les façades de la cour et le mouvement sensuel de la couverture. Le lieu des collections de l’Orient méditerranéen dans l’Empire romain est par ailleurs généreusement relié au dispositif des Arts de l’Islam.Les plis et replis de la couverture forment un drapé soyeux aux reflets facétieux. Le soir, c’est tout un jeu de séduction qui se déploie ainsi entre les fenêtres de la cour Visconti et la lumière s’échappant du département des Arts de l’Islam. Et c’est bien là que réside l’un des choix essentiels du projet : la cour Visconti n’est pas couverte et demeure visible. Moins de pesanteur, davantage de tendresse, ainsi avons-nous voulu tendre à l’Islam une main amicale, à l’image donc de Montesquieu accueillant le Persan en visite à Paris.»

Notice architecturale par Mario Bellini et Rudy Ricciotti, architectes

En venant de la Pyramide, le visiteur du nouveau département des Arts de l’Islam entre soudainement dans un lieu insoupçonné installé au coeur du vieux palais. Face à lui un jeté de vitrines semble sorti d’un immense jeu de mikado à l’échelle de la cour : en réalité chaque implantation est étudiée avec minutie pour suggérer en douceur le parcours tel qu’il est écrit par les conservateurs ; au cours de cette déambulation sans contrainte, les oeuvres semblent venir amicalement à sa rencontre, le plaçant au coeur d’un partage de délicatesse et de raffinement. C’est que le projet muséographique refuse le morcellement spatial de la collection pour privilégier la continuité sensorielle des regards autant que la fluidité des parcours.

«Le département des Arts de l’Islam est l’aboutissement du plus grand chantier ouvert au musée du Louvre depuis les travaux du Grand Louvre. Dotée de plus de quinze mille objets et complétée par les trois mille cinq cent oeuvres déposées par le musée des Arts décoratifs, cette collection témoigne de la diversité des créations artistiques issues de mille deux cent ans d’histoire et d’un territoire déployé sur trois continents. Les nouveaux espaces mettent ainsi en lumière l’une des collections les plus riches et les plus belles du monde dans le domaine des arts de l’Islam du VIIe au XIXe siècle.»

Sophie Makariou, directeur du département des Arts de l’Islam

 

© M. Bellini – R. Ricciotti / Musée du Louvre - © 2012 Musée du Louvre / Philippe Ruault - © 2012 Musée du Louvre / Antoine Mongodin

La muséographie a été conçue par Renaud Piérard et Mario Bellini

Les mobiliers muséographiques ont été réalisés par la société Goppion

museelouvre2