straetenHERVE VAN DER TRAETEN
Elégance et décalage

Formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, Hervé Van der Straeten réalise dès 1985 des collections de bijoux et collabore avec la mode. En 1999, il acquiert sa propre galerie et se lance dans une nouvelle aventure : la création de mobilier, aujourd’hui sa principale activité.

Quelles que soient ses réalisations, consoles, miroirs, cabinets, chandeliers, lustres, flacons à parfum ou bijoux, Hervé Van der Straeten est constamment à la recherche de graphismes et de volumes épurés, fondée sur des choix radicaux : le mouvement, l’élégance, le décalage. Quête de formes inattendues, expérimentation de nouveaux matériaux, absolue précision dans les volumes et les finitions, équilibre entre maîtrise formelle et liberté de ton, le designer pose un regard aiguisé sur ses créations éditées en pièces uniques, séries limitées ou illimitées. À partir d’esquisses jetées dans ses carnets de dessins, il développe croquis et modèles, définit les matériaux et accompagne chaque étape du processus jusqu’à la réalisation finale confiée à ses propres ateliers parisiens de bronze et d’ébénisterie.

Contraste des matières : il travaille le bronze, le bois, le marbre, le cristal, l’inox, le verre, la fibre de verre ou l’aluminium. Disparité des formes : au croisement de l’architecture et de la sculpture, son inspiration est géométrique, organique ou minérale.

Alliage surprenant des textures : il mêle le bronze et l’aluminium anodisé ou encore le néon. Une écriture en trompe-l’oeil, une illusion d’optique, des matériaux en apparence opposés qui se renforcent les uns les autres dans un dialogue sensuel et incisif. Collaborations éclectiques, le designer place son savoir-faire au service de certaines grandes maisons de luxe : il crée le flacon J’adore de Dior, dessine la ligne de rouge à lèvres Kiss Kiss pour Guerlain ou encore la ligne Excess pour les cristalleries de Saint Louis, et réalise des pièces de mobilier pour les boutiques Roger Vivier à Paris, Londres, New York et Hong-Kong.

Pour Ruinart, la plus ancienne maison de Champagne, il réalise un repose-bouteille et un rafraîchissoir dans une collection « Miroir » (réalisée dans les ateliers de la prestigieuse Manufacture Christofle) qui retranscrit, en volumes et matières, la luminosité et la pureté du cépage Chardonnay composant le Ruinart Blanc de Blancs. L’artiste a réuni toutes les facettes de son univers créatif : Son goût pour l’équilibre asymétrique et sa recherche du mouvement, empreinte d’une infinie légèreté. Ces deux écrins de métal argenté se plaisent à jouer de contrastes avec le flacon de Ruinart lui opposant la force de leurs lignes, anguleuses et facettées. Chaque rafraîchissoir numéroté, signé et poinçonné.

Côté actualité, du 26 avril au 30 septembre 2012, Hervé Van der Straeten présente dans sa galerie du Marais à Paris, sa 9ème exposition nommée «Dissonances», dissonances de volumes, de matières et de couleur, cette exposition. Ensemble de mobilier, miroirs, luminaires et objets «Dissonances» crée un mouvement musical dont les accords se combinent, jouant de tensions et d’attractions.

Hervé Van der Straeten, avec ses propres ateliers de production, fait partie de ces designers indépendants qui ont choisi maîtrise et liberté. Son talent lui a permis de compter, parmi ses principaux clients, de grands collectionneurs, les décorateurs internationaux, ainsi que le Mobilier National, fournisseur officiel des meubles et objets décoratifs de l’Etat français depuis Louis XIV. Il a également reçu en 2007 le label « Entreprise du Patrimoine Vivant » du Ministère de la Culture Français.

11, rue Ferdinand Duval Paris- 4

+ 33 (0)1 42 78 99 99 - vanderstraeten.fr

Visuels : © cecil mathieu

straeten2