alaingillesAlain Gilles: focus sur ses créations pour Bonaldo

Depuis 2006 en Belgique, la Biennale Interieur et les magazines Knack Weekend et Le Vif Weekend remettent le prix du « designer de l'année ». C'est le Bruxellois Alain Gilles qui remporte ce prix pour 2012.

Alain Gilles est arrivé un peu sur le tard dans le monde du design. Après ses études de sciences politiques et de marketing, il a d’abord travaillé un certain temps dans le monde financier, avant d’entamer une deuxième vie en tant que designer industriel. Dans un premier temps chez le designer Xavier Lust, ensuite chez Quinze & Milan pour finalement ouvrir son propre studio en 2007. Très vite, il a développé une approche personnelle en matière de design de produits et de meubles. Depuis lors, il collabore avec un grand nombre de fabricants internationaux, tels que Casamania, Buzzispace, Galerie Gosserez, Qui est Paul, o’sun et enfin Bonaldo dont nous avons choisi de vous montrer ici ses créations. Très sollicité depuis son prix, Alain Gilles a bien voulu répondre à 3 de nos questions…

«Quelle est la pièce dont vous êtes le plus fier éditée chez Bonaldo?

C’est très dur de répondre à ce genre de question, je suis clairement fier de toutes (c’est un peu comme pour ses enfants, ils sont tous différents, mais on les aime tous ). En revanche, il est évident, que pour l’instant c’est la « Big Table » qui a le plus marqué les esprits et qui m’a ouvert des portes ! Egalement parce que c’est une des pièces maitresse dans un intérieur avec le canapé. Je pense que c’est une pièce qui représente bien mon travaille et mes recherches. Il y a l’aspect architectural, le côte graphique, la fonctionnalité, la discussion entre matières chaudes et froides ( métal et bois ), l’aspect non statique de la pièce, et le dualisme entre masculinité et féminité. Bref, la « Big Table » illustre assez bien un certain nombre de thèmes qui me sont chèrs.

Connaissez vous le Maroc ?

Non, je ne suis jamais allez au Maroc, mais je n’en ai entendu que du bien ! J’aime les pays ayant une riche tradition architecturale, et c’est le cas du Maroc. En revanche, sans y avoir mis les pieds, je connais néanmoins une part de la culture marocaine puisque j’habite à Bruxelles dans un quartier avec beaucoup de petits commerces tenus par des marocains : boucheries, boulangeries, pâtisseries, etc…

Quel conseil donneriez vous à un jeune designer qui se lance sur le marché!?

Je lui rappellerais juste clairement que personne ne l’attend, qu’il va falloir qu’il ou elle aille vers les gens, à la rencontre des éditeurs. Mais également que l’essentiel n’ai pas juste d’avoir un bon éditeur, mais surtout de voir le potentiel qu’il peut y avoir dans celui-ci ; ses capacités de production, d’évolution.. et bien sur de designer des pièces marquantes, ce qui reste encore la meilleur manière de se faire remarquer. Mais également de ne pas chercher à se lancer trop tôt par lui-même, et de se souvenir qu’il ne suffit pas d’être très bon designer, il faut également être crédible dans tous les à côté du design : le networking, la communication, le marketing, les processus de fabrication et leur coûts, etc.»

alaingilles.com

bonaldo.it

alaingilles2


Pour voir tous ses projet merci de vous identifier


key