tchoban0150Sergei Tchoban pour Duravit

Sergei Tchoban, architecte germano-russe a dessiné la salle de bains Esplanade, la première série opulente dans la gamme Duravit. Interview...

Monsieur Tchoban, vous êtes d'un côté pour les projets de construction proches de la réalité et beaucoup vous connaissent pour vos conceptions visionnaires de l'architecture. Qu'est ce qui vous a amené à créer votre propre ligne de design pour la salle de bains ?

Je pense que l'architecture ou le design sont de nos jours des évènements globaux. Ça ne peut pas commencer par la forme d'un bâtiment ou par la définition de son intérieur. Ça commence déjà avec la poignée de la porte d'entrée, passe par les différentes pièces, sort de la maison et a des répercussions sur le revêtement extérieur. C'est pourquoi on détermine de nos jours l'architecture d'un bâtiment à travers une vue d'ensemble. Pour un architecte, devoir dessiner la totalité d'un immeuble se transforme de plus en plus en une sorte de défi - comme cela était déjà le cas il y a une centaine d'années à l'époque de l'Art Nouveau. Cette façon de faire s'est ensuite perdue parce que les gens voulaient se spécialiser toujours davantage, en urbanisme, en architecture ou en architecture d'intérieur par exemple. Ces différents domaines se rejoignent à nouveau aujourd'hui car les clients souhaitent avoir affaire à un seul architecte pour réaliser leur projet ; un projet qu'ils veulent complet et unique. Et bien entendu, la salle de bains en fait de nos jours absolument partie comme étant LA pièce qui a un haut niveau de qualité. L'aménagement de cette pièce représente un important défi.

On parle souvent du style très particulier de cette série pour la salle de bains. Qu'a-t-elle de si « particulier » ?

Lorsqu'on se lance dans la conception d'un produit, je pense qu'il est nécessaire d'avoir en tête que l'on veut réaliser un produit particulier. Il y a énormément de très bons designers et de très bons produits sur cette terre ; on planche de tous côtés sur ce produit qu'est la « salle de bains » et sur son agencement.

Quand on décide de s'atteler à cette tâche, il est nécessaire de se demander pourquoi on le fait après tout. En ce qui me concerne, le mobile et le défi étaient que je me suis dit : il existe une multitude de produits sympa et qui sont en plus très beaux, tous propres et bien taillés mais que tu ne peux pas imaginer dans un environnement animé et confortable. On constate néanmoins une forte tendance vers les objets, vers une architecture bionique dans laquelle les lignes douces et opulentes jouent à nouveau un grand rôle. Rassembler ces deux choses pour en faire un objet de série capable de susciter la joie de vivre tout en étant un objet design, c'est exactement à cette tâche particulière que j'ai décidé de me consacrer. Et j'espère que j'y réussirai.

D'où avez-vous puisé votre inspiration dans l'élaboration de cette ligne ?

Je me suis avant tout inspiré de l'histoire de ces objets. Non pas de l'histoire du 20ème siècle où on allait davantage dans la direction des objets design. Mais au contraire celle des 18ème et 19ème siècles, une époque où les objets destinés au bain étaient davantage les meubles d'une vie dans un appartement ou même dans un château. Je voulais, à partir de ces éléments, créer une sensation encore plus forte pour qu'ils deviennent une partie intégrante de l'aménagement de la salle de bains en tant que pièce à vivre.

Que pouvez-vous nous dire sur l'évolution actuelle de la salle de bains ? Il est indéniable que l'utilisation de la salle de bains s'est totalement modifiée....

Oui et on le retrouve aussi dans l'esprit de ma série. La salle de bains est devenue une pièce à vivre. La salle de bains n'est plus une pièce dans laquelle on passe très peu de temps entre la chambre et le salon, entre le travail et la promenade : elle est devenue une pièce à vivre, au niveau de la qualité également, en termes d'aménagement et de dimensions. C'est pourquoi les différents objets de la salle de bains ont eux aussi grandi. On leur demande maintenant de ne plus seulement être encastrables mais de pouvoir également être disposés en îlot dans la pièce. Il faut qu'ils soient géométriques mais quand même sculpturaux, et ils doivent à la fois dominer la pièce sans l'encombrer pour que l'utilisateur puisse s'y mouvoir sans problème. En règle générale, ce sont des pièces lumineuses comme par exemple dans les lofts et les logements anciens qui à vrai dire n'étaient pas du tout destinées à être habitées. Il faut pouvoir aménager une salle de bains même dans de tels lieux. Et c'est en quelque sorte le défi que cette série compte relever.

duravit.fr

tchoban0143