younesduretYounès Duret Design : Le talent n’attend pas le nombre des années

“Mes créations parlent d'elles-mêmes. En effet, elles ne séparent pas des cultures ou des personnes, mais elles unissent avec beaucoup d'humour. Je cherche à ce que mes objets soient fonctionnels, utiles et répondent à une réelle demande.”

D'où vient votre passion pour le design ?

Enfant, j'ai toujours été curieux de l'environnement qui m'entourait. Je me passionnais pour les mécanismes des objets et j'essayais d'en inventer de nouveaux. Je dessinais et peignais beaucoup. Tous les murs de ma maison familiale étaient couverts de mes tableaux et dessins. Ainsi tout naturellement après l'obtention de mon Bac Scientifique, je me suis orienté vers une école de Création à Paris, l'ENSCI-Les Ateliers où j'ai obtenu les félicitations du jury pour mon mémoire de fin d'études. Le Design industriel regroupe donc mes 2 passions : les mathématiques et l'art créatif. Les idées deviennent fonctionnelles lorsqu'elles passent par le processus de réflexion d'un designer. Elles ne se cantonnent pas simplement à être esthétiques, mais aussi ergonomiques et utiles pour le consommateur.

Est-ce que vos doubles racines sont omniprésentes dans vos créations ?

Effectivement, mes créations sont fortement marquées par mon éducation, ma culture, ma façon de voir la vie, mes origines… Elles sont en quelque sorte une extension de mon passé, de ce que je suis. Ayant toujours vécu entre le Maroc et la France, mes produits unissent mes deux cultures. Grâce à leurs styles, mais aussi à leurs fonctions, mes créations s'adressent à tous sans aucune frontière ni barrière. Le Zelli, l'horloge Sifr, la théière Bildi sont d'un style nouveau qualifié de Néo-Orientaliste et sont représentatifs de la coexistence de mes différentes cultures.

Vous avez ouvert votre propre agence de « design global »... Qu'entendez-vous par design global ?

Mon agence de design global, Younes Duret Design, est en exercice depuis plus de 4 ans. Nous sommes un cabinet de recherche et de consultation en création qui regroupe les activités telles que le design produit, le design numérique et graphique, ainsi que le design d'espace. Mon travail est d'envisager et de formaliser un projet dans son ensemble, dès sa phase de conception en passant par sa réalisation et sa production jusqu'à sa communication.

En tant que Designer Global, je me positionne comme une interface privilégiée entre l'entreprise et le consommateur. Du côté de l'entreprise, j'interviens pour créer ou revaloriser son image de marque, pour lui permettre d'intégrer plus rapidement un marché fortement concurrentiel en créant des produits innovants, différents et à économie d'échelles (minimiser les coûts de production tout en obtenant une meilleure rentabilité).

Du côté des consommateurs, je réponds à leur demande ou même j'en crée de nouvelles en concevant des produits à la fois fonctionnels, esthétiques et surtout utiles. Le designer est donc un acteur indispensable au développement de richesse d'un pays en relançant la consommation grâce à la création de produits nouveaux et attractifs.

Que vous a apporté le projet du Ministère de l'Artisanat marocain de créer une ligne d'objets ayant pour but de revaloriser l'artisanat de Damasquinerie de la ville de Meknès?

L'artisanat Marocain est un secteur porteur et dynamique, voire majeur dans l'économie de notre pays. Cet Art millénaire regroupe plus de 70 métiers, emploie pas moins de 20% de la population active, génère plus de 800 millions de Dirhams grâce à l'exportation… et permet à un tiers de la population marocaine de vivre. Et si nous aimons flâner au milieu de l'agitation des souks et ressentir une impression de plonger dans l'histoire du Royaume, c'est grâce à l'artisanat qui en est l'essence même.

Depuis plus de deux ans, le Secrétariat d'État chargé de l'Artisanat œuvre au développement de cet artisanat en allouant des subventions et des aides dans toutes les disciplines que regroupent ce secteur, de la matière première en passant par la promotion et la commercialisation jusqu'à la mise en place d'une couverture médicale pour chaque artisan. Ce programme inclut également la mise à disposition d'un designer et une collection pour les artisans.

Ainsi, le Ministère de l'Artisanat marocain m'a mandaté afin de créer une nouvelle collection de produits pour les   artisans damasquineurs de Meknès. J'ai appris cet art qu'est la damasquinerie, un savoir-faire ancestral qui se transmet de génération en génération. La collaboration a fait place à un bel échange où les artisans ont eu la générosité de me présenter leur système de fabrication et de formalisation. J'ai mis en place un blog où il est possible de découvrir les nouvelles créations et d'être un acteur de cet échange : artisanat.younesdesign.com. C'est une réelle chance et une belle opportunité qui m'a été offerte par le Ministère de l'Artisanat. J'espère sincèrement pouvoir renouveler cette opération une nouvelle fois.

Les grands designers internationaux collaborent très souvent pour de grandes marques de mobilier, art de la table, luminaires, etc. Au Maroc le problème reste entier. La diffusion des créations à une grande échelle commerciale est-elle d'actualité?

Elle devrait l'être à l'image de grands éditeurs internationaux. Le marché au Maroc est vierge, car il n'existe pas une entreprise d'éditions qui fait travailler des designers sur des meubles, sur des luminaires… et pourtant, quand on voit le succès de ces entreprises à l'international, elles pourraient connaître la même réussite dans tous les pays arabes. En ce moment, je suis en train d'industrialiser ma théière bildi avec l'aide d'un ingénieur industriel. Nous prévoyons qu'elle intègre le marché d'ici la fin de l'année.

Quels sont vos projets ?

Parmi mes travaux habituels, j'ai un nouveau projet avec une galerie d'art. Les Chamooos, créations phares du restaurant Azar et qui ont été exposés dans les vitrines des Galeries Lafayette Bd Haussmann à Paris puis dans les loges du Jury du Festival du Cinéma de Marrakech en 2009, donneront leurs têtes pour une performance artistique. Hassan Hajjaj, Nouredine Chater, Mist, Larbi Cherkaoui, Alexöne Dizac, qui a récemment participé à des expositions prestigieuses au centre Pompidou, à l'espace Louis Vuitton et à la fondation Cartier, Sébastien Preschoux, Tanc... ont accepté de jouer le jeu. Vous pourrez voir les œuvres début décembre, à la David Bloch Galery, rue des vieux Marrakchis à Marrakech.

Quel est votre rêve ?

Mon idéal professionnel est d'être édité par des grands noms de l'édition et que des industriels fassent appel à mon travail… Ca fait deux rêves !

Tél : +212 (0) 66 77 92 907

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Website : younesdesign.com - designmaroc.com

younesduret2