TheGrue.org
Havaianas Distributeur de bonheur depuis 1967

Havaianas Distributeur de bonheur depuis 1967

Aujourd’hui reconnue comme une marque universelle, parmi les plus appréciéesau monde, Havaianas célèbre la 55ème année de la tong ausommet…

Nespresso Edition Limitée

Nespresso Edition Limitée

Nespresso Edition Limitée Amateurs de café, vous allez passer un été «on the rocks» avec le lancement de deux nouveaux…

Green Valley Casablanca & Marrakech

Green Valley Casablanca & Marrakech

GREEN VALLEY MET LA SATISFACTION DES CLIENTS AU CENTRE DE SA RÉFLEXION EN FACILITANT L’ACQUISITION DES BIENS IMMOBILIERS AU SEIN…

Lofti Sidi Rahal Récompensé

Lofti Sidi Rahal Récompensé

Lotfi Sidirahal remporte deux récompenses au siège de l’UNESCO à Paris lors de la cérémonie du prix de Versailles !…

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

JOSÉ LÉVY x SERGE STIRMANN

C’est en 1836 que les ouvrages de lustrerie en cristal s'invitent de mille feux chez Saint-Louis.
Electrifiés dans les années vingt, les lustres en cristal Saint-Louis accomplissent aujourd’hui une révolution de palais, tous auréolés du retour en tendance de ce type de luminaire.

         
3 collections nous ont particulièrement séduits.
Arlequin tout d'abord, présentant des luminaires hauts en couleurs (chartreuse, flanelle, lilas et bleu foncé, noir, ambre). Afin de rendre hommage aux couleurs de Saint-Louis, trois nouvelles associations de couleurs, pensées comme de véritables camaïeux viennent compléter les précédentes : un éclatant bleu clair-bleu foncé-flanelle, un envoûtant améthyste-violet-flanelle, et un énigmatique noir-cristal satiné-flanelle. Ces palettes chromatiques sont disponibles en cinq dimensions de lustres du 8 au 36 lumières, une applique 2 lumières, un candélabre 3 et 5 lumières. Une pièce exceptionnelle vient compléter cette collection : un candélabre 18 lumières en chartreuse-améthyste-flanelle.
La ligne Royal, ensuite, offre un jeu de facettes où les différentes tailles exaltent la pureté et l’éclat du cristal. Cette collection se distingue par la diversité des options proposées (verrines, pendeloques, bobèches...) et par un large choix de lustres, appliques et candélabres qui composent cette ligne.
Les endiablés, enfin, dévoilent un mariage étonnant et détonnant de paraisons, imaginé par José Lévy, pour des objets aussi beaux à l'endroit qu'à l'envers. Des compositions ludiques pour ces petits objets espiègles, qui peuvent, selon l'humeur, servir aussi bien de verre, de vase, de luciole que de vide-poche. A l'endroit ou à l'envers, on oublie les conventions !
Pour en savoir plus, nous vous laissons découvrir l'interview de deux techniciens de la couleur : José Lévy, instinctif créatif, et Serge Stirmann, responsable industrialisation & qualité pour Saint-Louis. Une éloge de la couleur en regards croisés.
José Lévy : Le discours de la couleur n’est pas universel et se comprendre n’est pas toujours simple. Même si l’on parle la même langue, ou que l’on travaille ensemble depuis plusieurs années. Une couleur est comme un parfum : personnel, sujet à interprétation et reflet d’une émotion ou d’un souvenir. Il n’est pas possible de parler uniquement de saturation ou de clarté, car l’imaginaire et le ressenti va bien au-delà. Le plus simple est bien souvent de montrer un exemple, de pointer du doigt une photo, un dessin ou une gamme.
Serge Stirmann : Chez Saint-Louis, la couleur se déploie comme un arc-en-ciel sur une large palette de teintes : violet, flanelle, bleu, vert, chartreuse, ambre, rouge… Derrière ces dénominations se cachent les composés que l’on rajoute au cristal clair, et qui par la magie de la chimie et de la lumière donnent ensuite un cristal doublé ou triplé. Cobalt, permanganate, manganèse, or, erbium, cuivre… sont autant de ces composants que nous utilisons et qui nous permettent de parler de couleur à la manufacture.
José Lévy : Tour à tour elles se révèlent favorites et s’imposent d’elles-mêmes naturellement pour chaque projet. C’est pour cela que chaque création ne se propose que dans un seul colorama. Comme dans Les Endiablés ou les Corollaires, pour lesquels chaque modèle n’est présenté que dans une seule version de taille et d’association «coloristique».
Une seule exception confirme la règle, celle du vase grand modèle de la collection Les Endiablés pour 2016. Il n’y a pas de règle pour choisir la bonne couleur, c’est l’instinct qui prime.
Serge Stirmann : Pour moi, il ne faut pas uniquement parler de couleur mais d’association couleur et design, car la forme d’une pièce sublime aussi sa teinte, et inversement.
Ma favorite serait la couleur flanelle dans la paraison d’un verre Excess qui exprime toute son élégance. Le flanelle, nuance tamisée, sublime le cristal clair à l’éclat pur ; j’aime cette contradiction.
José Lévy : Spontanément, je dirais les bi-couleurs que j’ai créées avec les équipes de Saint- Louis. Les doublés couleurs de deux bleus, l’un clair l’autre foncé, mais aussi d’ambre et de rouge. J’aimais l’idée de mélanger, d’associer les nuances avec la technique que l’on nomme « le doublé » : couler deux fois de suite l’objet dans deux teintes différentes et en tailler ensuite la surface extérieure pour en découvrir la couleur au-dessous.
Généralement, la technique associe le clair à la couleur, je trouvais ces combinaisons un peu classiques…
Serge Stirmann : Un souvenir est un moment marquant du passé, teinté d’émotion spontanée et toujours un peu mystérieuse. A Saint-Louis-lès-Bitche, le village de la manufacture, il existe une tradition : on reçoit un gobelet de cristal coloré lors de sa première communion. C’est mon souvenir de couleur le plus marquant : ce gobelet rouge gravé à mon nom, de quand j’étais enfant, sur une grande table spécialement dressée pour l’occasion.
Saint-Louis est distribué par Fenêtre sur Cour
Lire la suite dans id prestige n°35.